CHARGEMENT

Tapez pour rechercher

Actualités

Yamoussoukro, renaissance d’une voirie historique

Partager
la Basilique Notre Dame de la Paix

Sortie de terre vers la fin des années 1970 pour décongestionner Abidjan, Yamoussoukro a été dotée d’une voirie impressionnante. Des boulevards répondant aux besoins du cadre de vie agréable de l’habitat, du commerce et des services. Pourtant c’est bien une ville-lumière croulant sous la forfaiture des autorités étatiques qui se dresse quatre décennies plus tard. Zoom sur la capitale politique et administrative ivoirienne, transformée en un gigantesque chantier avec des défis à relever au quotidien.

En septembre 2019, Alassane Ouattara s’est finalement engagé à mettre en place un programme de restructuration et de construction de la voirie pour la cité d’Houphouët-Boigny. Depuis le lancement des travaux à la place Jean-Paul 2, le bitumage des voies avancent allègrement. À quelques encablures des locaux abritant l’agence de la Compagnie Ivoirienne de l’Électricité (C.I.E), des travaux de masse exécutés à cet endroit ont dévoilé l’existence d’un canal.  Un assemblage de conduits facilitant l’évacuation très fluide des eaux jusqu’au lac. Ce chantier colossal vise à éradiquer les inondations parfois dangereuses sur le boulevard principal.

À divers endroits, le confort de circuler renaît posément. Par exemple au niveau de l’ex-marché Mofêtai, les travaux sont partiellement achevés. La délocalisation du marché à l’ouest de la ville permet ainsi à Yamoussoukro de récupérer des esplanades. Des résultats probants sont aussi obtenus par démolition des bâtisses sur l’avenue très fréquentée de la gare d’Attiégouakro jusqu’au quartier des 33 logements. Dans les environs de la Basilique Notre Dame de la Paix, un réseau de voies desservant le siège du Sénat ivoirien à l’hôpital international St Joseph Moscati refait peau neuve.

Contrairement à la restructuration, le bitumage neuf se jauge quant à lui dans la réticence. Des travaux de terrassement sont tout de même en cours. Ils arpentent les alentours du siège de la Fondation Houphouët-Boigny jusqu’à Kokrenou, l’immense quartier plus au sud de la capitale. Selon le programme du gouvernement Ouattara, cette zone devra bénéficier de travaux neufs sur son artère principal.

Pour les habitants de la capitale politique, l’urgence de Yamoussoukro reste la voirie très dégradée qu’ils pratiquent au quotidien. Vu l’ampleur de la tâche, Yamoussoukro renouera possiblement avec sa splendeur d’antan. Un pari hardi, entamé 40 ans plutôt par le père fondateur.

Mathieu Lévy

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *