CHARGEMENT

Tapez pour rechercher

Mode & cinéma Mode femme

Sénégal: L’entrepreneuriat féminin célébré à la Fashion Week de Dakar.

Partager

Le women power est en passe de s’imposer dans le secteur de la mode africaine. Contrairement aux grandes marques telles que Ralph Lauren, Marc Jacobs et Tommy Hilfiger, qui mettent leurs talents au service de la mode féminines, et célébrés dans les grands rendez-vous occidentaux de mode, à Dakar, au Sénégal et dans d’autres pôles africains tels que Nairobi et Lagos, la mode devient progressivement une affaire de femmes.

La  17ème fashion week de Dakar, qui s’est achevée ce dimanche à vu une armée de stylistes exposer leurs créations, dont 80% des créateurs étaient des femmes africaines parmi lesquelles  le créateur et entrepreneur sénégalais Adama Ndiaye. La décision d’inscrire une majorité de femme dans sa liste de concepteurs a été facile, a déclaré Ndiaye. Les femmes connaissent mieux le corps des femmes que les hommes, et cela se reflète dans la qualité et l’esthétique de leurs créations, a-t-elle justifié, avant d’ajouter cette 17e Fashion Week de Dakar permettra de révéler et valoriser d’autres femmes entrepreneures.

« Les femmes sont toujours perçues comme moins, peu importe où nous sommes, mais c’est encore plus grave  ici en Afrique. Les jeunes filles doivent souvent rester à la maison pour apprendre à cuisiner et à faire le ménage avec leur mère pendant que leurs frères vont à l’école », a-t-elle renchérit avant de continuer : « Donc, si je peux donner aux femmes l’opportunité d’être dans le défilé de mode, alors je le fais, parce que ce n’est pas de la démocratie, c’est moi qui décide ».

Un des modèles de stylistes africains présenté au 16e Dakar Fashion Week

De son côté, Tchianna Pembey, créatrice congolaise qui a participé à la semaine de la mode à Dakar vendredi dernier, a été inspirée par le lancement de sa marque Lupita Swagga en 2013 pour rendre hommage à son monde imaginaire, un monde dirigé par des femmes.

En tant que femme entrepreneure africaine dans le monde, a-t-elle déclaré, elle doit travailler deux fois plus que les hommes pour atteindre ses objectifs. Mais dans son monde de rêve, il n’y a que des femmes.  Elle décrit ses vêtements comme «afro-futuristes»; ils se caractérisent par des épaulettes allongées et une matière fluide qui descend tout le long du dos – des représentations d’ailes avec lesquelles elle peut s’élever au-dessus des difficultés de la vie sur Terre et dans son fantasme féministe. «Dans mon monde, je suis la reine et je peux voler. C’est ce qui me donne la force de gérer les choses dans la vie réelle », a-t-elle révélé. Cette 17e Fashion Week de Dakar a été pour les femmes de la mode africaine, une messe des talents au féminin. 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *