CHARGEMENT

Tapez pour rechercher

La lettre de Poy Liad'édito

Côte d’Ivoire: Nouveau gouvernement, Ouattara a-t-il bouclé son équipe de campagne?

Partager

« La propagande est l’art de persuader les autres d’une chose à laquelle on ne croit pas soi-même ». A la lecture de cette phrase d’Abba Eban, vous ne pouvez que sourire comme un ivrogne, si vous êtes en Côte d’Ivoire. A notre époque et en Côte d’Ivoire, l’on lui airait auréolé d’un pouvoir de prophète. Tant la pertinence de cette citation traduit la réalité d’un gouvernement qui a été offert au peuple de Côte d’Ivoire, à 14 mois de l’élection présidentielle, sous l’astuce classique de « réaménagement technique ». Elle est parfaitement appliquée cette technique là. Celle consistant à régler le gouvernement sur le thermostat d’une élection à venir, et lui donner des allures d’équipe de campagne  au cas où.  

Un gouvernement de mission « électorale »?

Le président Alassane Ouattara entouré de ses fidèles lieutenants lors d une convention du parti au pouvoir

Au cas où on se fait appeler  gouvernement de mission? A quelles fin, vu que le président Alassane Ouattara est en fin de mandat? le commun des ivoirien, habitué aux effets d’annonce, n’y croie pas. Pas plus que le chef du gouvernement, qui lui-même a fait le casting. La Côte d’Ivoire est bien représentée dans ce gouvernement; l’ouest, le centre ouest , le nord (classique), l’est le sud est etc… Et tous les nominés ou nommées, sont désormais hantés par une obligation de reconnaissance.  Certains ont du bataillé dur pour s’y maintenir, alors que d’autres ont versé des larmes à l’annonce de leur départ du gouvernement. Coulibaly Sangafowa est parti laissant exploser son ministère. Toutefois, à l’épreuve du terrain, le chef du Gouvernement appréciera la loyauté de chacun.

Pour l’heure, même si le doute plane encore sur la candidature du chef de l’Etat, une maxime sera respectée: On n’organise pas d’élections en Afrique pour les perdre, quand on est président sortant. En tout cas le parti doit le garder, et le mot d’ordre transparaît dans la formation du nouveau gouvernement. L’exception naïve  de Laurent Gbagbo  confirme bien la règle de la longévité au pouvoir en Afrique. Mahamadou Issoufou a bien pris le soin de garantir le CDD de son fidèle BAZOUM, et en Côte d’Ivoire, cela pourrait échoir à un Gon Coulibaly pas très viable….politiquement.

Chacun joue sa fidélité militante au prisme de ses intérêts

Tout compte fait, le président du RHDP, c’est à dire le président de la république, attend que son parti lui demande de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle, pour qu’il se retire. S’il y croit, les ivoiriens y croiront aussi. Autrement, la loi de la propagande est respectée. Au service de qui sera finalement l’équipe de campagne des 50? Ce n’est pas le plus important vu que la majorité des élus du RHDP sont déjà en mission pour le parti présidentiel. Peu importe qui portera le fanion du « parti orange », il faut mérité ses intérêts, sa réélection ou sa nomination dans un prochain gouvernement. Chacun joue sa fidélité militante au prisme de ses intérêts économiques et avantages institutionnels.

Le ministre Mabri Toikeusse et la grande Chancelière Dagri Diabaté aux cotés du Président Alassane Ouattara, président du parti au pouvoir

Ce n’est donc surtout pas le moment de se découvrir des talents de pleureur, au moment où les budgets des ministères feront office  de budgets de campagne. C’est tout bénéfice en cas de victoire; l’ivresse de la liesse populaire emportera dans ses sillage les bilans de campagne. Ou aussi en cas de défaite, l’absence de passation de charges emportera dans ses sillage des pans entier des bilans de gestion des institutions. L’autorité de la bonne gouvernance n’ayant pas pouvoir de fixer des limites à l’utilisation des fonds publiques à des fins privées. Si des magistrats n’ont pas été inquiétés alors qu’ils refusaient de déclarer leurs biens, ce n’est pas à leur chef de la magistrature suprême qu’il faudra demander des comptes de campagne. Au nom de quels principes républicains sont-ils contraints de respecter les lois? Finalement, « la Côte d’Ivoire a besoin de rester seule pour réfléchir un peu », comme le disait un jeune de ce pays.

Tags:

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *