CHARGEMENT

Tapez pour rechercher

Liad'édito Synthèse hebdo

Côte d’Ivoire: Droit de succession politique, Charles Blé Goudé et Guillaume Soro opposés

Partager

Le 17 Août dernier, le parti de Charles Blé Goudé, ex codétenu de Laurent Gbagbo à la Haye, tenait son premier congrès à l’occasion de la célébration de ses 18 ans d’existence. Le discours de l’ancien leader de la galaxie patriotique était attendu par des militants qui espèrent le retour de leur leader en Côte d’Ivoire. Dans une allocution retransmise depuis la Haye où il réside, le président du COJEP n’a pas manqué d’adresser quelques piques à celui dont tout oppose, Guillaume Soro.

Blé Goudé et Guillaume Soro, des divergences politiques sur une même trajectoire politique.

Guillaume Soro , Sécrétaire Général de la FESCI de 1995 à 1998

Si la fin de l’administration de Laurent Gbagbo et la prison ont muselé Charles Blé Goudé pendant près de 8 années, l’homme est resté égale à lui-même, avec un soupçon de maturité. Dans les année 1990, la FESCI avait révélé celui que Guillaume Soro avait présenté à Laurent Gbagbo. Les deux hommes avaient partagé le même combat du puissant syndicat estudiantin de Côte d’Ivoire jusqu’au contentieux électorale de 1998. Guillaume Soro ne voulant pas de son secrétaire à l’organisation comme prochain Secrétaire général, avait proposé Karamoko Yayoro. Il avait pris le soin de mettre sous sanction tous les potentiels candidats à sa succession, lors de l’élection du secrétaire général du bureau national. Le contexte était ainsi favorable à une crise qui s’était soldée par la victoire de Charles Blé Goudé, avant de plonger l’école ivoirienne dans un cycle de violence. Les chemins des  deux hommes s’étaient séparés là, avant que l’histoire politique de la Côte d’Ivoire, ne les remette sous les feux de la rampe, mais plus opposés qu’auparavant.

Guillaume Soro Secrétaire Général du MPCI, Rébellion ivoirienne

Guillaume Soro, chef déclaré de la rébellion ivoirienne aux côtés d’Alassane Ouattara et Charles Blé Goudé ayant pris fait et cause pour Laurent Gbagbo. Jusqu’à la chute de Laurent Gbagbo en 2011, les deux hommes se sont affrontés au nom de principes et idéaux auxquels chacun d’eux croyait fortement. Il fallait plus de  justice dans le pays, selon les arguments que la rébellion avançait pour justifier la prise des armes, d’une part. Pas question de céder sous la menace des armes, même s’il fallait se battre pour défendre la république agressée, d’autre part. Tel était le postulat de Charles Blé Goudé et de la galaxie patriotique qui privilégiait la non violence. Alors qu’il battait le pavé, l’issue de l’élection présidentielle de 2010 a vu le triomphe du président Alassane Ouattara, avec Guillaume Soro premier ministre et ministre de la défense, plongeant le pays dans de violents affrontements. Une bataille qui avait tourné en faveur de Guillaume. Blé Goudé, lui, est contraint de prendre le chemin de l’exil, puis de la prison.


 » malgré la longueur des oreilles, elles ne dépasseront jamais la tête. La  tête, c’est Laurent Gbagbo. parce que c’est mon père, c’est mon maître et c’est mon président »

Charles Blé Goudé
Charles Blé Goudé, avant son adresse à ses militants lors du 1er congrès du COJEP

Alors que le pays se cherche un homme nouveau ou un homme pour un nouvel élan démocratique avec du vieux, Guillaume  Soro semble lorgner l’héritage de « son père » Alassane Ouattara. Lui même le dira « Je laisse le tabouret pour aller chercher le fauteuil ». La démission sous pression en Mars dernier de Guillaume Soro est la résultante de son impatience à gouverner la Côte d’Ivoire, au moment même où la bataille des « anciens » ne semble pas toucher à sa fin. Alassane Ouattara encore évasif sur un éventuel 3e mandat offre l’opportunité à Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo de se rapprocher pour revenir dans le jeu.

Charles Blé Goudé, lors dun rassemblement des jeunes patriotes, place de la république en Côte d Ivoire, en soutien à Laurent Gbagbo

Dans cette bataille qui s’annonce décisive pour la survie d’une génération de leaders politiques à son crépuscule, Blé Goudé garde ses distances et reste disponible pour Gbagbo qu’il tient encore pour leader:  » malgré la longueur des oreilles, elles ne dépasseront jamais la tête. La  tête, c’est Laurent Gbagbo. parce que c’est mon père, c’est mon maître et c’est mon président ». Une démarche qui force la sympathie des irréductibles de l’ancien président. un tel appui,  Alassane Ouattara sait qu’il ne l’aura pas de Guillaume qui l’a conduit au pouvoir. Cette vérité est certes contestée par les proches de l’actuel chef de l’état ivoirien. Pour eux, cest Alassane Ouattara qui aurait fait de Guillaume Soro un homme important. Toutefois, le rôle de Guillaume a été essentiel pour faire plier l’échine à l’intrépide Gbagbo en 2010. L’ex-chef de l’état, quant à lui, avait su s’appuyer sur la capacité de mobilisation des jeunes patriotes emmenés par Blé Goudé, à une période cruciale de sa vie politique, et il le lui réitère. Ce qui a valu aux deux hommes de partager l’univers carcéral de la CPI.

Un duel politique semble poindre à l’horizon post 2020

Contrairement à Guillaume Soro, Blé voudrait jouir d’une légitimité politique par le passage de témoin de celui qu’il appel son père et son maître. L’essence de son discours du 17 Août 2019 tient de ce facteur. Dans une approche qui est celle du fidèle lieutenant, Blé Goudé déclare:  » Ce qui nous lie Laurent Gbagbo et moi, c’est une cause. C’est une cause  noble qui engage la vie de millions d’ivoiriens. Et je n’accepterai pas que les gens jouent avec cette cause ».  S’il inscrit son action dans le temps, alors Blé Goudé ne manque pas de lancer des piques à son ancien compagnon du campus, qu’il affrontera certainement dans l’arène politique ivoirienne après 2020.  » On parle de ses héritiers à gauche, on parle de ses héritiers à droite. je ne ferai pas partie de ceux qui parle de l’héritage de Laurent Gbagbo pendant qu’il est encore en vie (politiquement viable)« , a-t-il prévenu.

Avant d’ajouter que  » quand ton père est encore en vie et que tu parle de son héritage, c’est que tu veux sa mort ». Une première onde de choc qui rappellera à Guillaume Soro son manque de loyauté et de patience à l’égard de Ouattara. Mais au-delà de cet aspect, il apparaît clairement que la mise en œuvre d’une plateforme de l’opposition sera difficile. Le débat de fond qui reste idéologique, avec en perspective une injustice subie et un procès qui n’a eu qu’a disculper Blé Goudé et Laurent Gbagbo, renforce les socles de la lutte qui est la leur. Comment Bédié, ex allié d’Alassane Ouattara dans cette affaire convaincra-t-il? Pour l’heure, Blé Goudé resserre ses bases autour de Gbagbo et consolide ses appuis pour les batailles futures.

Tags:

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *