CHARGEMENT

Tapez pour rechercher

Actualités Gouvernement Politique

Côte d’Ivoire : Coût de la CNI, la majorité RHDP rejettent son imputation au budget de l’état.

Partager

Les députés ivoiriens étaient réunis à l’assemblée nationale ce jour pour analyser le projet de loi portant établissement de la nouvelle carte nationale d’identité. Après la vive polémique suscitée par la proposition selon laquelle chaque citoyen ivoirien devrait débourser 5000 Fcfa, soit environ 7,5€ pour obtenir la nouvelle carte d’identité , c’est au tour des députés de l’opposition de dénoncer cette mesure impopulaire. Depuis l’hémicycle, l’honorable Alain Lobognon, proche de Guillaume Soro, a informé sur son compte Facebook officiel que leurs amendements avaient été rejetés par les députés de la majorité RHDP au pouvoir. « Notre amendement de faire [supporter le coût d’établissement de la CNI par le Budget général de l’Etat] est vigoureusement rejeté par les Députés du Rhdp qui exigent que chaque Ivoirien paie au moins 5000 FCFA pour prouver sa nationalité ivoirienne ». Alors qu’il réclamait la gratuité de la carte nationale d’identité ce 26 juin à l’assemblée nationale, cette publication apportera à nouveau de l’eau au moulin de la polémique.

Il est à noter également que toutes les cartes nationales d’identité établies en 2009 sont toutes arrivées à expiration en ce mois de Juin 2019. L’office national de l’identification, qui a volontairement mis à l’arrêt la production des cartes d’identités depuis plusieurs années, avait proposé à l’état de Côte d’Ivoire en 2017, une nouvelle technologie pour éditer les nouvelles cartes d’identités. Mais le gouvernement n’avait pas manifesté un grand enthousiasme pour cette révolution qui doit coûter quand même plus de 400 millions de Fcfa. A 17 mois de l’élection présidentielle, la nécessité de fournir à son électorat le sésame pour le vote, pourrait amener le gouvernement à adopter cette technologie et faire supporter les coûts aux pétitionnaires. Sinon comment expliquer que des députés de la nation supposés défendre l’intérêt des populations voteraient contre la gratuité d’un document administratif qui est un droit ? La question reste entière.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *